Chronique-FAUT-IL JETER LA PIERRE A NOS ENFANTS !

FAUT-IL JETER LA PIERRE A NOS ENFANTS !

Je dirai d’emblée et sans hésiter non et non !
Nos enfants sont d’une autre époque et d’autres mœurs. Ils suivent Pawlish, Ouzin Keïta et adorent Waly Seck!
La vérité, est qu’ils ont échappé à notre contrôle depuis fort longtemps. Nous avons démissionné mais satan lui ne dort pas. Et la violence qui s’offre à leurs yeux du matin au soir n’arrangent pas les choses. Mêmes dans les séries qu’ils regardent, on se croirait dans quelques films hollywoodiens avec des scènes de violences brutes et gratuites.

On est bien loin des pièces de théâtres de Daaray kocc et Jamonoy tey qui nous donnaient des frissons. Aucune morale ni leçon, si ce ne sont des trahisons, l’adultère et autres vices valorisés. Un seul titre révélateur de l’état de déliquescence du pays : « Maîtresse d’un homme marié » qui bat des records d’audience. Je ne me rappelle plus le temps où j’avais vu un élève en train de lire un roman.

La littérature est morte. Durant notre belle époque, nous lisions « Une si longue lettre », « L’aventure ambiguë », « Les contes d’Ahmadou Kumba », « Les misérables »…
De ces belles histoires, nous polissions nos caractères.

Mais bon, au nom d’une supposée promotion des sciences, nous avons tué la littérature. À la place, Tik tok, Facebook, Instagram, WhatsApp mobilisent toute l’attention de nos enfants. Clic clac du matin au soir sur des waxi doff et yeuffi doff ! Et vous voulez qu’ils ne deviennent pas un peu timbrés ? Rien de Koukandé ne leur échappe. Parlez leur de Cheikh Anta Diop ou de Souleymane Bachir Diagne, ils se contenteront de caresser la nuque. Personne ne veut plus devenir un enseignant, clochardisé et méprisé par des lenteurs administratives sans fin.

Le lutteur Bombardier dit à qui veut l’entendre qu’il a gagné pas moins d’un milliard! Le faussaire Boughazelli est député ! Alors que voulez-vous ? Dans un pays de lidieuneti, lakharti et jaay doolé, le savoir a peu de chance de prospérer. Mon professeur de philosophie était mon idole. Aujourd’hui, ces enseignants, on les agresse et leur tend des pièges. Pardi ! Nous adultes, qu’avons-nous fait pour leur jeter des pierres ?

Des honorables députés qui s’insultent et se cognent, des waxeet, des maatey jusqu’aux plus hautes sphères de l’État ! Non, nous ne sommes plus des exemples encore moins des références. Le ministre de l’éducation a fait du civisme une de ses priorités mais le tallaalé n’a pas pris. Des cahiers et des blouses piétinés ou jetés dans la cour de l’école pour fêter la fin d’année. La fin de l’excellence ! Les médiocres devant et au-devant de la scène, voilà ce que celà coûte !

Le respect et la respectabilité sont morts. « Sen-petit gallé » a supplanté « Génies en herbes ». Les héros sont à chercher dans la lutte, le chant ou la danse. Univers sordide ! Même à l’université, temple du savoir par excellence, les étudiants y jouent au ninja avec des machettes et des couteaux. La dégringolade à tous les niveaux ! Alors, pas de lapidation pour nos enfants.
Ceux qui n’ont pas fauté, levez la main !
Nous avons beau leur faire chanter  » je suis sage, à ma place », ils n’auront ni sagesse ni retenue. Nous avons failli sur tous les plans ! Qui sème le bordel récolte le chaos !
L’introspection, que dis-je… le ndeup ne peut être que collectif et c’est une urgence !!!

ndiaffatactu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *