L’autorité sanitaire américaine approuve la première pilule contre l’alopécie

L’agence fédérale américaine de la santé, la Food and Drug Administration (FDA), a approuvé un nouveau médicament pour le traitement de l’alopécie areata. Le médicament, appelé baricitinib, a été développé par la société pharmaceutique américaine Eli Lilly. Il s’agit de la première pilule orale que les patients peuvent prendre et, selon les recherches, les résultats du médicament sont prometteurs. La pilule a été testée sur 1.200 patients atteints d’une forme grave d’alopécie.

Chez 40 % des sujets testés, les cheveux ont repoussé presque ou complètement après 36 semaines. Après un an, près de la moitié des patients ont constaté une plus forte croissance des cheveux. Le baricitinib, vendu sous le nom d’Olumiant, appartient à une classe de médicaments appelés inhibiteurs de Janus kinase ou inhibiteurs de JAK. Le médicament était auparavant utilisé principalement dans le traitement des rhumatismes et contre l’inflammation. Par exemple, certains signaux dans une cellule sont inhibés, de sorte que la cellule produit moins de substances inflammatoires.

Une croissance des cheveux restaurée L’approbation de la pilule est basée sur deux études cliniques menées sur 1.200 personnes souffrant d’alopécie sévère. Pour les essais, les participants ont été répartis en trois groupes: un groupe placebo, un groupe recevant une dose quotidienne de deux milligrammes et un groupe recevant une dose quotidienne de quatre milligrammes. Après 36 semaines, près de 40 % des participants qui avaient reçu la dose la plus élevée avaient retrouvé 80 % de leurs cheveux, contre environ 23 % de ceux qui avaient reçu la dose la plus faible et 5 % de ceux du groupe placebo.

Les sourcils et les cils ont également repoussé de manière significative chez environ 45 % des personnes du groupe ayant reçu la dose la plus élevée. “Option de traitement sûre et efficace” Les effets secondaires les plus courants de l’Olumiant étaient les infections des voies respiratoires supérieures, les maux de tête, l’acné et l’augmentation du taux de cholestérol. Selon le dermatologue et chercheur principal Brett King de l’université de Yale, le taux de réussite du médicament devrait augmenter à l’avenir.

En plus d’Eli Lilly, les sociétés pharmaceutiques Pfizer et Concert travaillent également au développement d’un médicament similaire. “L’accès à des options de traitement sûres et efficaces est essentiel pour le grand nombre d’Américains touchés par une alopécie sévère”, a déclaré Kendall Marcus, responsable de la FDA, dans un communiqué. “L’autorisation répondra à un besoin important pour ces patients”, a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.